05/06/2009

Souvenir...

Tu es partie en vacances un samedi. Tu n'as pas manqué de faire savoir à tes amis que tu étais bien arrivée à destination et qu'il n'y avait pas eu de problème. J'ai reçu une carte. C'est toujours chouette de recevoir une carte.

Tu revenais également un samedi. Je ne savais pas trop à quelle heure et j'espérais que tu ne tarderais pas à donner de tes nouvelles à ton retour. Je n'ai vraiment pas été déçu : tu devais à peine être descendue de l'avion que tu me téléphonais. Tu m'as proposé de "reprendre nos bonnes vieilles habitudes", c'est-à-dire de passer une journée ensemble. Ca a été vite puisqu'on s'est revu dès le lendemain.

Tu m'attendais à la gare et tu avais un petit cadeau pour moi. On est parti loin... Très loin même. On s'est arrêté dans un restaurant où, comme d'habitude, on a pris tout notre temps. Quelque part, on ne va pas au restaurant pour manger : je trouve que c'est vraiment une "activité". C'était une très belle journée ensoleillée.

C'est ce jour-là qu'on a élaboré un tas de petits projets, au hasard de nos discussions : on parlait de ce qu'on connaissait, d'où on était déjà allé, d'où on aimerait aller. Et au fil de la discussion, on se proposait d'y aller un de ces week-end. C'était possible: tu n'étais pas encore partie, donc on avait encore tellement de temps. C'est ce jour-là que tu m'avais notamment proposé d'aller passer quelques jours à cet endroit qui me fait "rêver". On passait tellement de temps ensemble : pourquoi est-ce que tous ces projets n'auraient pas été possibles ? Et puis, jusque-là on avait toujours tenu nos "engagements" : chaque fois qu'on avait décidé de faire quelque chose, on l'avait fait.

Ca avait encore été une belle journée. Je ne me doutais pas, mais alors vraiment pas que tous ces petits projets resteraient des "paroles en l'air" : en tout et pour tout, après cette magnifique journée, je devais encore te voir seulement 4 fois en 18 mois. Ce n'est vraiment pas beaucoup quand on a passé autant de temps avec quelqu'un. Et puis, c'est si "brusque". Comment pourrait-on s'y attendre ?

Quand c'est arrivé une fois avec quelqu'un dont on se sentait si proche, c'est impossible d'encore pouvoir faire confiance à qui que ce soit. Comment le pourrait-on ?

17:00 Écrit par Antoine dans Toi | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : souvenir |  Facebook |

Commentaires

" Quand c'est arrivé une fois avec quelqu'un dont on se sentait si proche, c'est impossible d'encore pouvoir faire confiance à qui que ce soit. Comment le pourrait-on ? "

Tu sais ... je crois qu'il y a des gens qui vallent la peine d'éssayer " enfin j'espère !


Je pense vraiment que vos projets n'étaient pas des " paroles en l'air "

Écrit par : Ange | 05/06/2009

Comment savoir qu'une personne "en vaut la peine" sinon en prenant des "risques" et donc en "s'enfonçant" encore un peu plus en cas d'échec ?

Toujours la loi des probabilités... Une fois qu'on a tout perdu au casino, il faut mieux s'arrêter de jouer plutôt que de s'endetter pour pouvoir continuer en espérant l'impossible.

Écrit par : Antoine | 05/06/2009

on dit qu'au casino on a son quart d'heure de chance !
le problème c'est que l'on en profite pas !
si on part après ce quart d'heure , on est gagnant
mais bien souvent on reste jusque quand on a plus rien !
mais oui savoir saisir son quart d'heure n'est pas facile

Écrit par : Ange | 06/06/2009

Partie Elle ne t'a pas quitté : c'est elle-même, qu'elle a quittée, comme on s'arrête au bord d'un chemin qui ne mène nulle part, se dit-on. Elle ne croyait pas en elle. C'est beau de la voir vivre en toi.

Écrit par : Ephrem | 11/06/2009

Les commentaires sont fermés.