29/06/2009

Code de la route

dyn005_original_468_312_pjpeg_2662782_03dc4a6277431a95555b879f7dc5c797.jpeg

Lorsqu'on roule sur une route, on ne peut pas faire n'importe quoi : on doit respecter le code de la route : s'il y a un feu rouge ou un stop, on doit s'arrêter. En ville, on ne peut pas dépasser le 50 km/h ou le 30 dans les zones 30. On doit céder la priorité de droite. Dans certains cas, il est interdit de dépasser ,... Bien sûr, il y a des gens qui ne le respectent pas. Libre à eux mais s'ils se font prendre, ça leur coûte cher. S'ils ne se font pas prendre, ça risque de provoquer un drame. Sans ce code de la route, ce serait impossible de rouler. On est obligé d'en tenir compte pour pouvoir "rouler ensemble".

Dans la vie, c'est la même chose : il n'y a pas de "panneaux" mais il y a des lois, toute une série de règles qu'on est tenu de respecter et qui permettent de vivre ensemble. Nul n'est censé les ignorer. Sans ces règles, ce serait l'anarchie la plus totale. Comme sur la route, il y en a qui les transgressent et, théoriquement, s'ils se font prendre, ils doivent en répondre devant un tribunal.

Imaginons que quelque part, il y ait un réseau routier sans la moindre signalisation et sans la moindre règle. ca veut dire qu'il n'y aurait pas de limitation de vitesse, pas de priorité de droite, pas de feux rouges, pas la moindre interdiction de quelque sorte qu'elle soit. On ne serait même pas obligé de rouler à droite. Une fois engagé sur ce réseau, on serait libre d'agir à sa guise sans se préoccuper des autres et de leur façon de rouler. S'il y en a un qui ne roule pas assez vite et qui n'a qu'une petite voiture alors qu'un autre a un "monstre", il lui rentrerait dedans et l'éjecterait de la route sans se préoccuper de son état après le choc, tout ça dans la plus parfaite impunité.

Qui voudrait s'engager sur un tel réseau s'il existait ? Qui oserait ? Personne. Ce serait ridicule. Parfaitement suicidaire. La seule chose qu'on pourrait espérer en s'engageant sur une telle route, ce serait de pouvoir aller le plus loin possible avant de se faire "démolir". Et si par hasard, on parvenait à s'en sortir à peu près indemne, je suppose qu'on ne voudrait sûrement pas y retourner.

Et pourtant, dans la vie, il y a un "réseau" de ce genre là qui existe : aucune règle. On agit comme on veut sans se préoccuper des autres, mais en pensant d'abord à soi et en se fichant royalement des conséquences pour les autres. Ce n'est pas réglementé parce que c'est impossible à réglementer. On ne peut pas réglementer ce "réseau" car, "visiblement", "concrètement", il ne fait pas de mal qu'on puisse observer aux autres.

Assez curieusement, contrairement à ce qui se passerait par rapport à un réseau sans code de la route, tout le monde se précipite sur ce "réseau virtuel". Il provoque des "drames" et des "accidents graves" chaque jour. En général, tous ceux qui y ont été accidentés, même gravement s'obstinent à y retourner encore et encore. En espérant quoi, on se le demande...

On a l'impression d'y rouler ensemble mais en fait, c'est "chacun pour soi" et advienne que pourra. Peut-être que c'est une espèce de course contre les autres ou contre soi-même ?

Pour ma part, c'est terminé : plus jamais je ne remonterai sur cette "route".

18:42 Écrit par Antoine dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : autres, vivre ensemble, regles |  Facebook |

Commentaires

J'aime bien ce que tu as écrit: "il y a des lois, toute une série de règles qu'on est tenu de respecter et qui permettent de vivre ensemble. Nul n'est censé les ignorer. Sans ces règles, ce serait l'anarchie la plus totale."

Le monde idéal serait, pour moi, celui où chacun a assez de conscience personnelle que pour s'inquiéter de l'intérêt collectif.

Je commence à bien aimer ton blog !

A bientôt, peut-être !

Guglielmo

Écrit par : Guglielmo | 01/07/2009

Oui, mais l'être humain est trop égoïste pour ça...

Écrit par : Antoine | 01/07/2009

Les commentaires sont fermés.