30/04/2009

Remonter le temps.

Je crois que c'est dans le film "La machine à remonter le temps" qu'on cite cette phrase :

"Nous avons tous notre machine à remonter le temps. Vers le passé, ce sont nos souvenirs. Vers l'avenir, ce sont nos rêves."

J'ai trouvé que c'était beau cette petite phrase.

Mais aujourd'hui, j'ai l'impression que ma machine est cassée : elle ne fonctionne plus que vers le passé. Je crois aussi qu'il faudra très longtemps pour la réparer... Si elle est réparable.

Machine3

15:50 Écrit par Antoine dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : reve, futur, souvenir, passe, machine |  Facebook |

28/04/2009

"Tu as changé".

Sans doute une des premières chansons de Michel Sardou.
Je ne pense pas qu'elle soit très connue.

J'aime bien Sardou en général. Ma soeur avait acheté le 45 tours il y a très longtemps :

On m'avait parlé d'incendie
On m'avait dit tout est brûlé
Tout a repoussé par ici
Il n'y a que toi d'abîmée

Tu as changé
Tu as changé

On m'avait parlé de la pluie
On m'avait dit tout est noyé
Tout a refleuri par ici
Il n'y a que toi de fanée

Tu as changé
Tu as changé

Petite fille me diras-tu
Ce que l'hiver t'a raconté
Pour que tu te sois transformée
Moi je ne reconnais plus

Tu as changé
Tu as changé

On m'avait parlé de la terre
On m'avait dit elle a craqué
Elle est toujours au bord de mer
Il n'y que toi d'isolée

Tu as changé
Tu as changé


vide

17:10 Écrit par Antoine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : changer, sardou |  Facebook |

26/04/2009

Génie.

J'aimerais bien trouver une lampe.
Le genre de lampe dont sort un génie quand on l'a frottée.
Et le génie me demanderait de faire un voeu.

Quel voeu je pourrais faire ?

Et bien je demanderais au génie de ne plus m'attacher à rien ni à personne.
De devenir parfaitement insensible à tous les être vivants et à toutes les choses qui m'entourent.
De ne plus vivre qu'en fonction de moi et de ce que ça me rapporte personnellement.
De supprimer la moindre parcelle d'empathie s'il y en a en moi.

Alors, qu'est ce que ça donnerait ?

Et bien la personne la plus égoïste qui puisse exister, une personne qui ne verrait dans tout ce qui l'entoure que des objets à utuliser en fonction de ses besoins et qui n'aurait aucun scrupule à les jeter une fois qu'ils sont devenus inutiles. Une personne qui ne serait pas ébranlée le moins du monde par le pire drame qui puisse survenir dans ses environs immédiats. Une personne qui ne s'inquièterait jamais pour personne.

Bien sûr, une personne comme ça ne serait pas très populaire et ne devrait pas avoir beaucoup de relations. En plus, on devrait "jaser"pas mal sur elle et elle devrait s'en rendre compte.

Et après ? Qu'est-ce que ça pourrait bien lui faire si elle était insensible à tout ?

Au bout du compte, je crois qu'une personne comme ça serait heureuse. Pleinement heureuse, même. Et c'est ça qui compte.

Jean-Paul Sartre n'a-t-il pas écrit :
"L'enfer, c'est les autres." ?

Dommage qu'une lampe comme ça n'existe pas. Je continuerai donc à être ce que je suis...

lampe

09:17 Écrit par Antoine dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : lampe, genie, autre, enfer, egoisme |  Facebook |

23/04/2009

Partir ou rester.

Souvent lors d'un décès, on entend la réflexion suivante :

"Il est heureux maintenant. C'est triste pour ceux qui restent..."

Mais alors, pourquoi rester ?

etoile

22:03 Écrit par Antoine dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vivre, mourir, partir, rester |  Facebook |

22/04/2009

Tous contractuels...

Cette planète me fait penser à une grande entreprise dans laquelle nous sommes tous, sans exception, des "contractuels à durée indéterminée".

Elle est un peu bizarre cette entreprise car personne n'a demandé à y être engagé : on nous l'a imposé.
La seule chose dont on soit sûr, c'est que notre contrat aura une fin. Personne ne peut dire quand mais tout le monde le sait : on ne garde personne. Quand quelqu'un est "viré", c'est définitif et il n'est jamais repris.

Qu'y fait-on au juste dans cette entreprise ? Qu'est ce qu'elle "produit" ? Est-ce qu'on attend quelque chose de tous ces employés ?

Parfois, ça a l'air bien ridicule tout ça. Le seul choix qu'on a, c'est soit d'attendre gentiment la fin de son contrat (en espérant que ce sera soudain et qu'il n'y aura pas un long et pénible "préavis") ou alors, on en n'a vraiment plus rien à faire et plutôt que d'attendre d'être foutu à la porte, on flanque sa démission et on s'en va en claquant la porte. Un drôle de choix finalement.

Il y en a pas mal qui décide de "démissionner" comme ça. Et au bout du compte, ça change quoi ?

Il n' y a que le grand patron qui est au courant de la durée des contrats mais personne ne le voit jamais.
Pourtant, j'aimerais bien le rencontrer. Alors, je lui demanderais ce que je fiche ici, pourquoi j'ai été engagé et s'il attend quelque chose de moi...

Terre

17:08 Écrit par Antoine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : preavis, demission, contractuels |  Facebook |

21/04/2009

"Et j' entends siffler le train"

J' ai pensé qu' il valait mieux
Nous quitter sans un adieu
Je n' aurais pas eu le coeur de te revoir

Mais j' entends siffler le train
Mais j' enttends siffler le train
Que c' est triste un train qui siffle dans le soir

Je pouvais t' imaginer toute seule, abandonnée
Sur le quai, dans la cohue des "au revoir "

Et j' entends siffler le train
Et j' entends siffler le train
Que c' est triste un train qui siffle dans le soir

J' ai failli courir vers toi, j' ai failli crier vers toi
C' est à peine si j' ai pu me retenir

Que c' est loin où tu t' en vas
Que c' est loin où tu t' en vas
Auras-tu jamais le temps de revenir ?
J' ai pensé qu' il valait mieux
Nous quitter sans un adieu
Mais je sens que maintenant tout est fini

Et j' entends siffler le train
Et j' entends siffler le train
J' entendrai siffler ce train toute ma vie
J' entendrai siffler ce train toute ma vie

train

19:01 Écrit par Antoine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : train, triste, au revoir, adieu |  Facebook |

20/04/2009

Une roue de secours...

roue
Quand on roule seul sur une route et qu'on a une crevaison, on est tout heureux d'ouvrir son coffre et de trouver la roue de secours.
Que ferait-on sans elle quand on est dans cette situation ? Rien grand chose : on serait en panne et on resterait là sans plus pouvoir bouger.

Cette roue de secours, si elle était vivante, serait-elle heureuse de son sort ? Je ne crois pas. C'est un peu triste de n'être qu'une roue de secours...
Elle est utile uniquement en cas de problème. Si on n'a pas de problème, on se sait même pas qu'elle existe. Et cette roue, tout ce qu'elle peut faire, c'est attendre dans son coffre qu'on ait besoin d'elle. Ce n'est pas très réjouissant de se dire qu'on n'existe qu'en cas de problème.

Donc, en cas de problème, on sort la roue de secours et on l'utilise jusqu'au prochain garage. Et au garage, quand la "vraie roue" est réparée, celle qui est vraiment utile, on démonte l'autre et on la replace négligemment dans le coffre, jusqu'à la prochaine fois... pour autant qu'il y ait une "prochaine fois", mais bien sûr, on ne le souhaite pas. Finalement, on préfèrerait ne jamais en avoir besoin.

Il y en a même qui ont leur roue de secours mais qui n'en ont jamais eu besoin. Ils ne savent même plus qu'elle existe et elle aura été inutile toute son existence.

Si on l'utilise trop souvent, elle risque pourtant de s'user elle aussi. Elle continuera à faire son travail tant qu'elle pourra. Mais un jour, on risque d'ouvrir son coffre et de s'apercevoir que la roue de secours est inutilisable : on en a tiré tout ce qu'on a pu mais sans faire attention, sans l'entretenir.

Quand on en arrive là, c'est terminé : la route s'arrête définitivement là où on est tombé en panne...

route

17:45 Écrit par Antoine dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : aide, roue, secours |  Facebook |